18 Aug

Style : Bayon

Règne : Jayavarman VII

Date : XIIème siècle 

Religion : Bouddhiste

Durée de visite : 2 à 3 heures

Ouverture : 7h30 à 17h30

Porte d'entrée à Angkor Thom

Porte d'entrée à Angkor Thom

Angkor Thom est le plus grand centre-ville d'Angkor dont le nom signifie "Grande Ville" et s'étend sur 900 hectares. Il était la capitale du royaume khmer depuis la fin du XIIe siècle, fondée par le célèbre roi Jayavarman VII. La ville est entourée d'un mur et d'un large fossé. Cinq portes monumentales permettent d'y accéder. À l'intérieur se trouvent plusieurs temples (notamment le Bayon au centre et le Baphuon) ainsi que le Palais Royal.

Histoire

Après son couronnement en 1182 après J.-C., le roi Jayavarman VII fortifia sa capitale d'Angkor Thom avec de hautes murailles en latérite de douze kilomètres, percées de cinq imposantes portes, connues sous le nom de PORTES D'ANGKOR THOM. Il y a une porte dans chaque direction cardinale, sauf à l'est où il y en a deux. Une structure à quatre visages sur le dessus, l'éléphant céleste à trois têtes, l'image d'un Lokeshvara debout sur les frontons de chaque côté des portes, ainsi que deux rangées de dieux et de démons en pierre tenant un serpent de chaque côté de la chaussée, rendent la scène époustouflante.

Les commerçants, les dignitaires en visite et les ennemis auraient été impressionnés par les puissantes murailles en latérite de 8 mètres de haut, soutenues par un large fossé entourant la ville de forme carrée sur plus de 12 kilomètres. Angkor Thom, qui signifie "Grande Ville", était clairement un siège de pouvoir important, mais en réalité, l'agglomération s'étendait bien au-delà de la ville fortifiée que nous voyons maintenant pour constituer le plus grand établissement préindustriel du monde.

Des décennies de recherches sur le terrain minutieuses, sous l'impulsion des universitaires de l'EFEO, nous ont permis de visualiser l'infrastructure complexe qui définissait le grand Angkor à son apogée. Plus récemment, la cartographie aérienne par Lidar nous a permis de voir à travers l'épaisse couverture forestière le dense réseau de bâtiments, de routes et de canaux occupant presque toute la zone libre de la ville fortifiée, à l'exception de l'enceinte royale et du terrain de parade devant la Terrasse des Éléphants. La zone urbanisée s'étendait au-delà des murs de la ville jusqu'au rivage de l'East Baray et au-delà.

La majeure partie du plan de la ville fortifiée que nous voyons aujourd'hui a été établie sous le règne du dirigeant le plus réputé du Cambodge, le roi Jayavarman VII, après sa victoire décisive sur les Chams (1177). Angkor Thom était conçu comme la capitale d'un empire qui dominerait l'Asie du Sud-Est continentale, au moins depuis la fin du XIIe siècle jusqu'à l'ascendance des Siamois à l'ouest (dans ce qui est aujourd'hui la Thaïlande) au XVe siècle. La ville était accessible par cinq imposantes portes et chaussées traversant le fossé ; quatre aux points cardinaux plus la porte de la Victoire au nord-est. Cette porte supplémentaire enjambait une route préexistante entre le palais royal et la terrasse cruciforme surplombant l'East Baray.

L'envoyé chinois Zhou Daguan, qui visita Angkor à la fin du XIIIe siècle, décrit les maisons des élites comme étant grandes et spacieuses, avec des murs sculptés et des images peintes du Bouddha. Les bâtiments de l'enceinte royale étaient pourvus de tuiles en plomb ou en argile jaune, mais moins de propriétaires aisés couvraient leurs maisons de chaume. Toutes les habitations étaient construites en bois et ont toutes succombé aux conditions tropicales et surtout aux efforts de recyclage des termites.

La porte Sud est la mieux préservée et également la plus fréquentée, en raison du trafic touristique entre Angkor Wat et Bayon. Il vaut vraiment la peine de prendre le temps de monter sur le mur et de s'éloigner un peu de la porte pour apprécier la vue sur la chaussée. Si vous avez plus de temps, envisagez de louer un vélo et de faire un tour le long d'une section des murs.
En approchant de la porte de 23 mètres de haut, vous traversez une chaussée bordée de part et d'autre par 54 dieux (dévas) et 54 démons (asuras) tirant sur un serpent géant, représentant la scène du mythe hindou du Barattage de l'Océan de lait.
Dans cette légende, les dieux et les démons coopèrent pour créer le nectar de vie (amrita) qui les rendrait immortels.

Utilisant le mont Mandara comme pivot et le serpent (naga) Vasuki comme corde, ils remuèrent jusqu'à ce que la montagne soit sur le point de s'écraser dans la mer. Pour les aider, Vishnu, incarné en tortue Kurma, porta la montagne sur son dos et récupéra l'amrita pour les dieux qui, une fois rajeunis, vainquirent enfin les démons.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.