16 Jun
16Jun

Pour des raisons administratives, Phnom Penh est une municipalité, qui a le même statut qu’une province. Elle est subdivisée en quatorze arrondissements, Khan, 105 quartiers, Sangkat et 953 villages, Phum.

SUBDIVISIONS 

CODE
NOM DU DISTRIC
SIGNIFICATION
1201
Khan Chamkar Morn
Champ de muriers
1202
Khan Daun Penh
Grand-mère Penh
1203
Khan Prampi Makara
7 janvier
1204
Khan Toul Kok
Butte ou surgie de nulle part
1205
Khan Dangkor
Nom d’un arbre botanique Diospyros
1206
Khan Meanchey
Victoire
1207
Khan Russei keo
Bambou précieux
1208
Khan Sen Sok
Grand bonheur
1209
Khan Por Sen Chey
Arbre de victoire
1210
Khan Chroychangvar
Embarcadère de Changvar
1211
Khan Prek Pnov
Fleuve de Pnov
1212
Khan Chbar Ampov
Champs de canne à sucre
1213
Khan Boeng Keng Kang
Lac de Keng Kang
1214
Khan Kambol
… ?

Phnom Penh, en khmer Phnum Pɨñ, /pʰnʊm ˈɲ/ ; littéralement : « Colline de Penh » est la capitale du Cambodge, située dans la moitié sud du pays, au confluent du Tonlé Sap et du Mékong. En 2019, 2 129 371 Phnompenhois vivent sur les 290 km2 du territoire de la municipalité de Phnom Penh. Administrativement, Phnom Penh est également une province du Cambodge. 

Devenue capitale du Royaume à l'époque de l'Indochine française, Phnom Penh était surnommée la « Perle de l'Asie » dans les années 1920. Fondée en 1434, la ville s'est beaucoup développée sous l'impulsion de la France, développement laissant en héritage nombre de bâtiments à l'architecture européenne et coloniale, notamment le long des grands boulevards. Au xxie siècle, Phnom Penh est la ville la plus peuplée du Cambodge ainsi que son centre économique et politique.

Salle de conférence Chaktomuk

Salle de conférence Chaktomuk

GEOGRAPHIE 

Phnom Penh se situe dans la plaine des Quatre-Bras dans le Sud du Cambodge. La ville est construite à la convergence de quatre larges voies d'eau : le Mékong amont, le bras principal du Mékong en aval, le Tonlé Sap (un émissaire à flux alternés) et le Bassac, premier bras à se détacher du grand fleuve. La ville doit ainsi à ce site son ancien nom de Krong Chaktomuk signifiant « la ville aux quatre visages ». 

Phnom Penh sous le protectorat français

Phnom Penh sous le protectorat français

Le site originel de Phnom Penh est soumis aux inondations saisonnières. Il est formé d'étendues alluviales argilo-limono-sableuses où on reconnaît des bourrelets de berge parallèles aux voies d'eau, isolant des dépressions dont la partie la plus basse est occupée par des Boeng ou Beûng, des nappes d'eau permanentes débordant sur les arrières-berges. Les principaux sont le Boeng Kak (asséché en 2015), le Boeng Trabek, le Boeng Tapoung et le Boeng Pempea. 

Depuis l'époque de l'Indochine française, Phnom Penh est également le nœud central du réseau routier cambodgien. La capitale est ainsi située au croisement de l'ensemble des routes nationales lesquelles desservent les différentes provinces du Royaume ainsi que les états voisins que sont la Thaïlande, le Laos et le Viêt Nam.

CLIMAT 

Phnom Penh a un climat tropical. 

La ville connaît deux saisons. La saison humide, de mai à octobre, qui peut voir la température monter jusqu'à 47 °C, est généralement accompagnée d'une humidité élevée. La saison sèche, de novembre à avril, connaît des températures plus basses, peu ou pas de pluies.

HISTOIRE 

La ville tire son nom du Wat Phnom Daun Penh (connu maintenant seulement comme Wat Phnom, ou « temple de la colline » édifice religieux construit en 1373 pour abriter cinq statues du Bouddha sur un tertre de 27 m de haut. Daun Penh, Grand-mère Penh, était une riche veuve qui l'aurait fait construire. 

Colline de Wat Phnom

Wat Phnom dans les années 1810

La ville devint la capitale du Cambodge après que Ponhea Yat, roi de l'empire khmer, s'enfuit d'Angkor Thom quand cette ville fut capturée par le Siam en 1431. Un stūpa situé derrière le Wat Phnom abrite les restes de Ponhea Yat et de la famille royale. On y trouve également des vestiges de statues bouddhistes de l'ère d'Angkor.

CAPITALE ROYALE ET PERLE DE L’ASIE 

Cependant, ce ne fut pas avant 1866 sous le règne de Norodom Ier que Phnom Penh devint le siège permanent du gouvernement, et que le palais royal fut construit. Cela marqua le commencement de la transformation de ce qui était essentiellement un village en une grande ville, les colonisateurs français agrandissant le système de canaux pour contrôler les terres humides, construisant des routes et un port. Depuis cette époque, la ville présente un nombre impressionnant d'édifices à l'architecture art-déco, dont certains malheureusement en piteux état, et de nombreuses villas de style colonial. 

Le Plais Royal de Phnom Penh dans les années 1800

Le Plais Royal de Phnom Penh dans les années 1800

Dans les années 1920 et jusqu'en 1970, Phnom Penh était connue comme la « perle de l'Asie ». Tout au long des quatre décennies suivantes elle continua de s'agrandir avec la construction d'une voie de chemin de fer jusqu'à Sihanoukville (Kompong Som) et de l'aéroport international de Pochentong. 

En avril 1967, le Premier Ministre de Singapour Lee Kuan Yew effectua une visite d'État et fut impressionné par la beauté et le développement de Phnom Penh ; il confia à son hôte Norodom Sihanouk, chef d'État du Cambodge : « J'espère qu'un jour ma ville ressemblera à la vôtre », et recommanda à ses Ministres de s'inspirer de son modèle de développement.

GUERRE CIVILE ET TERREUR 

Au début de la guerre du Viêt Nam, le Cambodge adopte une politique de neutralité avant que les élites pro-américaines ne prennent une importance croissante à Phnom Penh, jusqu’à déposer le prince en 1970, choisissant l’alignement sur Washington qui allait précipiter le pays dans la guerre. C'est d'ailleurs dans le stade olympique de la ville que le général De Gaulle prononça le 1er septembre 1966 son fameux discours de Phnom Penh en soutien à Norodom Sihanouk. Néanmoins, le pays, y compris Phnom Penh à partir de 1970, fut utilisé comme base par le Front national de libération du Sud Viêt Nam, et des milliers de réfugiés envahirent la ville pour fuir les combats. 

Phnom Penh au temps de guerre

Phnom Penh au temps de guerre

Dès 1967, commençait la guerre civile cambodgienne. Pendant les cinq années de la République khmère (1970-75), la ville fut enclavée, puis assiégée et bombardée par les troupes des Khmers rouges. Les ravitaillements ne furent rendus possible que par des convois le long du Mékong provenant du Sud-Vietnam, et l'aéroport de Phnom Penh, Pochentong. Ce fut ce qu'on a appelé la « bataille de Phnom Penh ». En 1975, la population atteignait deux millions d'habitants. La ville tomba sous la coupe des Khmers rouges du Kampuchéa démocratique le 17 avril, le jour de la nouvelle année cambodgienne, et fut évacuée de force ; ses résidents devaient partir travailler dans des fermes rurales en tant que nouveaux citoyens, ou « nouveau peuple », (Procheachun Thmey), ainsi désignés parce que considérés comme nouveaux arrivants par rapport à ceux qui habitaient déjà la campagne. La ville fut ainsi vidée de la quasi-totalité de ses deux millions d'habitants, et laissée à l'abandon pendant trois ans, huit mois et vingt jours. 

L'école Tuol Sleng fut transformée par les forces de Pol Pot en prison et en centre de torture nommé « S-21 ». C'est désormais le musée Tuol Sleng qui, avec Choeung Ek, quinze kilomètres plus loin, est un mémorial à ceux qui périrent du fait de ce régime.

RECONSTRUCTION 

Les Khmers rouges furent chassés de Phnom Penh par les Vietnamiens le 7 janvier 1979 et les gens commencèrent à retourner dans la ville. Environ 80 % des habitants d'avant la guerre avaient péri à la suite des privations consécutives à leur déportation, aux exécutions et tortures sommaires pendant les années khmères rouges. Après presque quatre années d'abandon, les infrastructures de la ville étaient gravement endommagées. La reconstruction, d'abord timide, ne prit un rythme soutenu qu'à partir de 1991, après les accords de Paris, aidée par la stabilité du gouvernement, attirant des investissements étrangers et une aide de pays comme la France, l'Australie, la Corée, la Chine et le Japon et des organisations multilatérales, notamment pour le ravitaillement en eau potable, la reconstruction des routes et des autres infrastructures.

Vue de l'est de la capitale 

DEVELOPPEMENT RECENT 

La ville connait depuis peu un développement anarchique, ne respectant aucun plan d'urbanisme. De nombreux bâtiments et édifices publics de l'époque coloniale tels que les brasseries et glacières de l'Indochine (BGI), le Commissariat Principal de Police, l'ancienne prison T-3, ont été vendus et remplacés par des constructions récentes. La ville a ainsi beaucoup perdu du charme qui la caractérisait. 

Les années 2005 à 2009 ont été une période d'euphorie et de spéculation immobilière. Depuis, de nombreux projets immobiliers ont vu le jour, notamment en asséchant le Boeung Kak. Des bâtiments de plus de 30 étages sont maintenant construits en centre-ville, bouleversant les perspectives des grands boulevards coloniaux

Une île, précédemment en friche est devenue un quartier résidentiel et d'affaires ; elle est située en plein centre, au bord du Mékong et du Bassac, et constitue un nouvel arrondissement sous le nom de Koh Pich.

Les limites de la ville ont récemment été modifiées. Des lotissements (Borey en khmer) se construisent en périphérie notamment au nord. Les promoteurs ont fait changer la frontière des provinces, ainsi la ville gagne de la superficie au détriment de la province de Kandal.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.