01 Aug

Style : Baphuon

Règne : Udayadityavarman II

Date : XIème siècle 

Religion : Hindou

Ouverture : 7h30 à 15h00

Durée de visite : environ 1 heure, et 1h30 y compris la montée

Kbal Spean

Connue en anglais sous le nom de la "Rivière des 1000 Lingas", Kbal Spean compte des centaines de lingas et de yonis brahmanistes qui ont été sculptés dans le lit de pierre de la rivière de Steung Siem Reap. On dit que la rivière représente la force vitale qui unit les sculptures phalliques et féminines, créant ainsi une eau bénie.

Belle promenade dans une zone boisée. Il est recommandé de visiter pendant la saison des pluies.
À ne pas manquer : le lit de la rivière sculpté en forme de lingas, les yonis carrés avec cinq lingas disposés en quinconce. Sculpture de Vishnu allongé sur un serpent Ananta, avec Lakshmi tenant la jambe du dieu et Brahma assis sur une fleur de lotus émergeant du nombril de Vishnu.

HistoireLe nom "Kbal Spean" provient de la référence locale à un bloc de roche naturelle enjambant un cours d'eau pour ressembler à un pont. Le site est devenu un lieu de culte depuis près de mille ans, comme en témoignent les inscriptions et les sculptures en pierre des XIe et XIIIe siècles. Les sculptures de lingas sont très présentes sur la roche du lit du cours d'eau, qui s'étend sur environ 200 m du nord de Kbal Spean à la cascade. L'eau qui traverse cet endroit est perçue comme ayant un pouvoir magique et comme une source de prospérité et de bonheur. Une inscription en sanskrit désigne ce site sous le nom de "Sahasralinga", ce qui signifie mille lingas dont certains sont également ornés de sculptures de vagin. 

En plus des lingas, il y a d'autres sculptures telles que celles de Vishnu allongé au milieu de l'océan, Brahma émergeant du nombril de Vishnu à travers un lotus pour créer un nouveau monde, et beaucoup de sculptures d'animaux, etc.

De Kbal Spean, l'eau se divise en plusieurs rivières, notamment les rivières Russei, Puok et Siem Reap. Des sites anciens tels que Kbal Spean et la montagne Kulen se caractérisent par des "collines" où les ermites se sont retirés pour des raisons religieuses.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.