18 Aug

Style : Bakheng 

Date : Xème

Règne : Yasovarman I

Religion : Hindou

Ouverture : 05h00 à 19h00

Durée de visite : une heure

⚠️Attention, pour des raisons de sécurité, l'accès au sommet de la pyramide n'est pas autorisé aux enfants de moins de 12 ans et aux femmes enceintes.

Temple d'État de la première ville au cœur d'Angkor - nommée Yasodharapura - Phnom Bakheng a été consacré vers 907. Son emplacement au sommet de la colline surplombe le site d'Angkor. Il offre désormais aux visiteurs une vue magnifique sur Angkor Wat et le Western Baray.
Ses constructeurs ont érigé 44 sanctuaires de plain-pied, 60 petits sanctuaires sur les marches de la pyramide et 5 sanctuaires au sommet, le nombre total étant en accord avec la symbolique de la mythologie hindoue.

Le temple de Bakheng

Histoire 

Dans la période précédant la fin du 9e siècle, le roi Yashovarman transféra la capitale de Hariharalaya (dans la région de Roluos) à Yashodhara (en réalité ‘Angkor’) en choisissant la petite colline de Bakheng (d'une altitude d'environ 60m) pour en faire le centre symbolique. Phnom Bakheng, en effet, reçut le nom khmer de ‘Vnam Kandal’, ou la ‘Montagne Centrale’.

Sur le sommet, une pyramide fut construite, comprenant cinq niveaux surmontés d'un sanctuaire central abritant un linga. Cette structure diffère de tous les autres modèles architecturaux angkoriens similaires, car l'intérieur n'était pas rempli de sable compacté fin, mais ce monument est directement construit sur le roc.

Prasat Phnom Bakheng

Les touristes attendent le coucher de soleil au sommet de Phnom Bakheng

Une étude extrêmement complexe réalisée par un érudit a permis de comprendre le nombre de tours et leur position dans l'espace, démontrant que cet ensemble est une matérialisation du calendrier cosmique indien. Le 16e siècle semble avoir marqué une période de renouveau de ce lieu et une conversion au bouddhisme theravada. Le temple est devenu un symbole pour les pèlerinages dans la région d'Angkor, avec les cinq tours les plus élevées presque entièrement englouties dans une immense statue assise de Bouddha en pierre (la partie inférieure de cette image était encore partiellement visible au début des années 1920).

Le coucher de soleil au sommet du mont de Bakheng

Le coucher de soleil depuis le sommet du Mont Bakheng

Une inscription de la période intermédiaire mentionne le nom ‘Bakheng’, ou ‘Viril’, ce qui suggère (malgré le fait que le sanctuaire central était couvert par cette image bouddhiste) que le concept antérieur d'un linga était encore présent dans la mémoire collective historique. Il est curieux, mais significatif de noter que des pèlerins musulmans ont laissé une inscription en arabe louant Allah sur le monument. Cette stèle a été retirée au 20e siècle pour des raisons de préservation.

Sans aucun doute, cela peut s'expliquer par la tolérance bien connue qui caractérise l'histoire religieuse au Cambodge. En même temps, étant donné qu'il s'agit d'un important lieu de pèlerinage à Angkor, peut-être a-t-il également été considéré comme tel par d'autres personnes ?

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.