Drapeau khmer rouge

Drapeau du Kampuchea Démocratique

Les Khmers rouges étaient un groupe communiste révolutionnaire qui a contrôlé le Cambodge de 1975 à 1979. Leur leader était Pol Pot, qui cherchait à instaurer une société agraire et socialiste extrêmement radicale.

L'histoire des Khmers rouges remonte aux années 1960, lorsque le mouvement a commencé à prendre de l'ampleur et à recruter des partisans. En 1975, après des années de guerre civile et de conflit avec le gouvernement cambodgien, les Khmers rouges ont pris le contrôle de Phnom Penh, la capitale du pays, renversant le régime du général Lon Nol.

Une fois au pouvoir, les Khmers rouges ont mené une politique brutale de transformation sociale. Ils ont forcé la population urbaine à quitter les villes pour travailler dans des collectifs agricoles dans les campagnes. Les écoles, les hôpitaux et les institutions intellectuelles ont été fermés, et l'économie a été collectivisée.

Les Khmers rouges ont imposé un régime de terreur et ont persécuté de nombreux groupes de la société cambodgienne, y compris les intellectuels, les minorités ethniques et religieuses, les professionnels, les artistes et les journalistes. L'objectif était de créer une société égalitaire radicale en éliminant toute opposition et toute forme de pensée indépendante.

Au cours des quatre années de régime des Khmers rouges, environ deux millions de personnes sont mortes en raison de la famine, de maladies, de travail forcé, d'exécutions et de massacres. Il s'agit d'une période sombre de l'histoire du Cambodge, connue sous le nom de régime des Khmers rouges ou de génocide cambodgien.

En 1979, les Khmers rouges ont été renversés par les forces vietnamiennes, et le pays est passé à un nouveau régime. Pol Pot et ses principaux collaborateurs se sont réfugiés dans les régions montagneuses du pays, où ils ont mené une guérilla jusqu'à la mort de Pol Pot en 1998.
Aujourd'hui, le Cambodge continue de se remettre des traumatismes causés par le régime des Khmers rouges, et la justice internationale a été engagée pour poursuivre les responsables des atrocités commises à cette époque.

Premier Ministre et Frère numéro 1 du Kampuchea Démocratique

Pol Pot

                                                                                  SALOT SAR son alias POL POT

Pol Pot, de son vrai nom Saloth Sar, était un homme politique cambodgien et le leader des Khmers rouges. Né le 19 mai 1925 dans la province de Kampong Thom, au Cambodge, sa biographie est relativement peu connue en dehors des informations disponibles sur son rôle pendant la période du régime des Khmers rouges.

Pol Pot a étudié à Paris dans les années 1940, où il a rejoint des cercles intellectuels et politiques. Il a été influencé par les idées communistes et marxistes, et a rejoint le Parti communiste français pendant son séjour à Paris. 

Après son retour au Cambodge dans les années 1950, Pol Pot a commencé à s'impliquer activement dans la politique cambodgienne. Il est devenu membre du Parti communiste du Kampuchéa (renommé plus tard le Parti communiste du Kampuchéa, également connu sous le nom de Parti communiste cambodgien) et a gravi les échelons pour devenir le secrétaire général du parti. 

En 1975, lorsque les Khmers rouges ont pris le contrôle du pays, Pol Pot est devenu le leader officiel du Cambodge. Sous son régime, les Khmers rouges ont mené une politique brutale de transformation sociale dans laquelle des millions de personnes ont été victimes de persécutions, de travaux forcés, de famine et d'exécutions. 

Après la chute du régime des Khmers rouges en 1979, Pol Pot et les Khmers rouges se sont retirés dans les régions montagneuses du pays et ont continué à mener une guérilla. Ils ont été maintenus dans une certaine mesure d'influence jusqu'à la mort de Pol Pot en avril 1998. La biographie de Pol Pot est entachée par les atrocités commises pendant son régime.

Son rôle en tant que leader des Khmers rouges a été largement condamné, et il est souvent considéré comme l'un des dictateurs les plus meurtriers de l'histoire.

Ancien directeur du Centre S-21

KAIN GEK EAV TOUL SLENG MUSEE DU GENOCIDE

KANG GEK EAV son alias DUCH

Kang Guek Eav, connu sous le nom de Douch, était un responsable de haut niveau et le directeur de la prison S-21, également appelée le camp de sécurité de Tuol Sleng, sous le régime des Khmers rouges au Cambodge. 

Douch est né le 17 novembre 1942 à Kampong Thom, au Cambodge. Il a rejoint les Khmers rouges dans les années 1960 et a gravi les échelons pour devenir l'un des principaux membres de l'organisation. En tant que directeur de la prison S-21, Douch était chargé de la détention, de l'interrogatoire et de la torture des prisonniers politiques. 

La prison S-21 était un lieu sinistre où des milliers de personnes ont été détenues, torturées et exécutées. Les prisonniers étaient souvent forcés de "confesser" des crimes imaginaires et de nommer d'autres personnes comme complices, alimentant ainsi le système de terreur des Khmers rouges. 

Après la chute du régime des Khmers rouges en 1979, Douch s'est caché pendant de nombreuses années. Il a vécu sous un faux nom et s'est échappé de la justice. Cependant, en 1999, il a été retrouvé et arrêté, marquant le début de son procès pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide. 

En 2010, Douch a été reconnu coupable par le Tribunal des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) et condamné à la réclusion à perpétuité. Son procès a joué un rôle important dans la recherche de justice et de responsabilité pour les atrocités commises pendant le régime des Khmers rouges. L'histoire de Kang Guek Eav, également connu sous le nom de Douch, illustre le rôle central joué par certains responsables des Khmers rouges dans les atrocités commises pendant cette période sombre de l'histoire cambodgienne.

Frère numéro 4 et beau-frère de Pol Pot

IENG SARY

                                                                                 IENG SARY beau-frère de POL POT

Ieng Sary était une figure clé au sein du régime des Khmers rouges au Cambodge. Né le 24 octobre 1925 dans la province de Kampong Thum, il est devenu un leader important du mouvement révolutionnaire cambodgien. 

Dans les années 1950, Ieng Sary a étudié à Paris, où il a rencontré d'autres futurs dirigeants des Khmers rouges, dont Pol Pot. Ensemble, ils étaient influencés par des idéologies communistes et marxistes, formant ainsi le noyau idéologique du futur régime des Khmers rouges. 

Lorsque les Khmers rouges ont pris le pouvoir en 1975, Ieng Sary a été nommé ministre des Affaires étrangères et a joué un rôle clé dans la direction du régime. Cependant, dès les premiers jours de leur règne, le Cambodge a été plongé dans l'horreur et le chaos. Les Khmers rouges ont mis en place une politique brutale de transformation sociale, aboutissant à la mort de millions de personnes par la famine, le travail forcé, les exécutions et les massacres. 

Ieng Sary a été un partisan dévoué du régime des Khmers rouges pendant les années de son pouvoir. Cependant, en 1979, lorsque les forces vietnamiennes ont renversé les Khmers rouges et que le régime s'est effondré, Ieng Sary a fui au travers de la jungle et a rejoint les maquis où les Khmers rouges se sont engagés dans une guérilla contre le gouvernement cambodgien soutenu par les Vietnamiens. 

Après des années de lutte, en 1996, Ieng Sary et les Khmers rouges restants se sont rendus aux autorités cambodgiennes. En 2007, il a été arrêté et inculpé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide. Cependant, Ieng Sary est décédé en 2013 avant que son procès ne soit terminé, échappant ainsi à la poursuite complète de la justice. 

L'histoire d'Ieng Sary est l'un des exemples les plus notoires de complicité et de participation aux atrocités commises sous le régime des Khmers rouges. Son rôle en tant que ministre des Affaires étrangères et haut responsable du régime met en évidence la responsabilité qu'il partageait dans les souffrances infligées au peuple cambodgien.

Frère Numéro 3

KHIEU SAMPHAN

                                                             KHIEU SAMPHAN, son alis Hem, Chef d’État du Kampuchéa démocratique

Khieu Samphan est une figure politique cambodgienne, né le 27 juillet 1931 à Svay Rieng, au Cambodge. Il est principalement connu pour son rôle au sein du régime communiste des Khmers rouges, qui a dirigé le Cambodge de 1975 à 1979. 

Avant de rejoindre les Khmers rouges, Khieu Samphan était un intellectuel et un professeur d'économie à l'université de Phnom Penh. Il a obtenu un doctorat en économie en France et était respecté pour ses compétences académiques. En 1963, Khieu Samphan rejoint les rangs du Parti communiste du Kampuchéa et devient l'un des idéologues et porte-paroles du mouvement.

 Au fil du temps, il gagne en influence et devient un membre éminent du gouvernement des Khmers rouges. Lorsque les Khmers rouges prennent le pouvoir en 1975, Khieu Samphan est nommé chef de l'État du Kampuchéa démocratique. Sous son régime, le pays est renommé Kampuchéa démocratique et le régime met en place une série de politiques radicales, y compris l'évacuation forcée des villes, l'élimination de la propriété privée et la collectivisation des terres.

Le régime des Khmers rouges est connu pour les atrocités qu'il a commises, notamment le génocide cambodgien qui a causé la mort de près de deux millions de personnes. Bien que Khieu Samphan ait été l'un des dirigeants du régime, il a longtemps nié la connaissance des crimes qui étaient commis en son nom. En 1998, Khieu Samphan est arrêté et mis en résidence surveillée par le gouvernement cambodgien nouvellement formé. 

En 2014, il est finalement jugé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par le tribunal des Khmers rouges, connu sous le nom de Tribunal extraordinaire des Chambres cambodgiennes, dans le but de poursuivre les responsables des atrocités commises sous le régime des Khmers rouges. 

En 2018, Khieu Samphan est reconnu coupable de génocide et condamné à la prison à perpétuité. Cependant, son âge avancé et son état de santé défaillant ont amené les autorités à maintenir sa détention en résidence surveillée plutôt qu'en prison. 

L'histoire de Khieu Samphan est profondément liée à celle des Khmers rouges et du régime brutal qu'ils ont instauré au Cambodge. Son rôle en tant que chef de l'État du Kampuchéa démocratique lui a valu d'être l'un des hauts responsables du génocide cambodgien, faisant de lui une figure controversée de l'histoire du Cambodge.

Frère numéro 2

nuon chea

NUON Chea, Secrétaire adjoint du Parti communiste du Kampuchéa (PCK) 

Nuon Chea était un homme politique cambodgien, principalement connu pour son rôle en tant que haut dirigeant du régime des Khmers rouges au Cambodge. Né le 7 juillet 1926 dans la province de Battambang, Nuon Chea s'est engagé très tôt dans la cause communiste et a joué un rôle clé pendant la guerre civile cambodgienne et la période de gouvernement des Khmers rouges de 1975 à 1979.

Nuon Chea, également connu sous le surnom de "Frère numéro deux", était l'un des principaux collaborateurs de Pol Pot, le leader des Khmers rouges. À partir de 1963, il a travaillé aux côtés de Pol Pot pour organiser le Parti communiste du Kampuchéa, qui visait à renverser le régime en place. Après l'instauration du régime des Khmers rouges en 1975, Nuon Chea est devenu vice-président du Parti ainsi que membre du Comité permanent et du Bureau politique.

Sous le régime des Khmers rouges, Nuon Chea était responsable de la mise en œuvre des politiques radicales et brutales du Parti. Le régime a mené une politique de collectivisation forcée, privant la population de ses droits, de ses terres et des biens privés. Des millions de personnes ont été déplacées vers des zones rurales pour travailler dans des conditions extrêmement difficiles et des milliers d'autres ont été soumis à des exécutions, des tortures et des purges politiques. Les Khmers rouges ont cherché à établir une société agraire égalitaire en éradiquant toute influence étrangère et en supprimant les éléments perçus comme "bourgeois" ou ennemis du régime.

Après la chute du régime des Khmers rouges en 1979, Nuon Chea et d'autres dirigeants du régime ont fui dans les zones reculées du pays et ont continué leur lutte contre le gouvernement en place. Ce n'est qu'en 1998, près de vingt ans plus tard, que Nuon Chea s'est rendu aux autorités cambodgiennes et a été détenu en attendant le procès.

En 2011, Nuon Chea, aux côtés d'autres dirigeants khmers rouges, a été jugé pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide devant le Tribunal spécial des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC). Au cours du procès, des témoignages poignants et des preuves accablantes ont été présentés pour montrer l'ampleur des atrocités commises par le régime des Khmers rouges. En 2014, Nuon Chea a été reconnu coupable de crimes contre l'humanité et de génocide et condamné à la réclusion à perpétuité. Cependant, il est décédé en août 2019 avant que d'autres procédures judiciaires puissent avoir lieu.

L'histoire de Nuon Chea symbolise la tragédie humaine et les souffrances infligées par le régime des Khmers rouges au Cambodge. Elle témoigne également de la quête de justice et de l'importance de rendre des comptes pour les crimes commis contre l'humanité.